Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 14:51

945x120_michael_gohner_1.jpg

 

Le mois de juillet constitue traditionnellement une période charnière. A partir de juillet, les options sont nombreuses que l'on soit débutant, branché Court ou Long.

 

 

Un début de saison limpide


Le printemps (avril, mai, juin) est la saison la plus facile à gérer du point de vue de la programmation. En effet le débutant s'essaye pour la première fois au triple effort et renouvelle l'expérience, parfois sur une distance Sprint voire CD, sans parler des duathlons du début de saison.

 

Le spécialiste du Court aura pour sa part tendance à enchaîner les épreuves.

 

L'amateur de Long aura idéalement donné une orientation différente à ces mois printaniers, réduisant le nombre d'épreuves pour donner un sens à sa préparation avec des sorties longues et des enchaînements spécifiques.

 

Bref, jusqu'ici chacun avance avec la plus grande logique dans sa programmation. Mais voilà que Juillet arrive et va marquer un coup d'arrêt. Pourquoi ? et que faire?

 

 

L'été brouille les cartes


Pendant les deux mois de congés scolaires les épreuves se raréfient dans certaines régions (comme chez nous en Vendée). Les objectifs peuvent par conséquent devenir rares, l'arrière saison marquant ensuite la relance (septembre, octobre)

 

Les vacances c'est l'occasion pour certains d'entre vous de s'adonner à 300% à votre passion, en augmentant nettement le volume d'entraînement, surtout à vélo. Pour d'autres, le départ en vacances va coïncider avec un ralentissement de l'entraînement, voire avec une coupure.

 

Ne vous laissez pas déstabiliser par la période estivale. Même si vous n'avez pas d'objectifs à court terme, maintenez le cap. Profitez des vacances pour participer à un triathlon sur place, ou fixez-vous un objectif pour la renrée. La motivation passe par l'objectif.

 

 

Et si vous tentiez le M ?


Durant les mois de juillet et août, que vous puissiez ou non participer à des triathlons, il est peut-être temps de penser à l'étape supérieure. Si vous avez enchaîné quelques Sprints, alors vous pouvez envisager le Courte Distance (M)

 

Profitez dans ce cas des semaines à venir pour travailler votre point faible. Un M est largement à votre portée, si vous vous entraînez régulièrement.

 

 

Au niveau de l'entraînement


Pendant les vacances si vous sentez le besoin de lever le pied quelque peu, évitez de couper complètement, vous risquez de perdre l'acquis des derniers mois. Optez  pour des micro-coupures de 2 à 4 jours de repos complet, quitte à les répéter à intervalles réguliers, plutôt que pour une période de coupure complète plus longue. En effet au-delà des 8 à 10 jours d'arrêt, l'organisme connaît des désadaptations qui sont proportionnelles à la durée de la coupure. En clair << récupérez souvent, si vous le souhaitez, mais pas longtemps >>.

 

Conseil: plus votre calendrier de compétition est important et plus la récupération doit faire l'objet de toutes les attentions: << gros calendrier petit entraînement >>. Il faut avant tout chercher à retrouver un état de fraîcheur optimal pour chaque épreuve.

 

 

Viser l'arrière-saison


La plupart des courses s'arrêtant chez nous fin juin début juillet, pour reprendre en septembre, il faut faire un choix: comment conserver la motivation sans épreuves à court terme ? Que préparer maintenant ? Comment se relancer ?

Vous pouvez songer à l'arrière-saison avec une poursuite du M  sur des grands rendez-vous comme La Baule en septembre par exemple.

Une autre option serait de terminer la saison sur un long. En effet, après un printemps bien rempli vous avez acquis une bonne condition physique et du rythme. Alors que le calendrier marque une pause, un Moyenne Distance ou un Half Ironman (L de Royan) pourrait vous permettre de vous relancer. De plus, l'absence de compétitions et les congés pourraient vous offrir davantage de temps libre pour préparer cette épreuve.

 

      Juillet marque un virage dans la saison après trois mois de compétition ou un premier objectif majeur, mais l'heure n'est pas encore à l'hibernation. En effet, entre les possibilités de vous relancer pour l'arrière-saison, de boucler celle-ci sur un Long, voire de vous laisser tenter, pourquoi pas, par un marathon (celui de La Rochelle en novembre, est bien placé) ou un trail, les options sont nombreuses

 

 

 




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caro 13/02/2016 18:09

en matière de lampes pour les entraînements : www.ferei.fr
Y a pas mieux

Présentation

  • : Le blog de Nanard
  • Le blog de Nanard
  • : Partageons ensemble notre passion pour le triathlon
  • Contact

Le Blues

      I  LIKE  IT

images-copie-1

Le blues est une forme musicale vocale et instrumentale, dérivée des chants de travail des populations afro-américaines apparue aux États-Unis courant XIXe siècle. C'est un style où le (la) chanteur(euse) exprime sa tristesse et ses coups durs (d'où l'expression « avoir le blues »). Le blues a eu une influence majeure sur la musique populaire américaine, puisqu'il a, notamment, une grande influence sur le jazz, le rhythm and blues, le rock and roll, le hard rock, la musique country, la soul, les musiques pop ou de variété et même dans la musique savante

 

découvrez ci-dessous une sélection  vidéos de quelques morceaux choisis ...regardez et écoutez ...j'espère avec le plus grand plaisir...

Chuck Berry

 

BB King

 

Eric Clapton

                             

Gary Moore

 

Ray Charles